Je ne pensais pas forcément parler de ce film pour évoquer l'état et la ville de New York. Pourtant en le redécouvrant avec mon fiston hier, il m'a semblé intéressant de l'évoquer.

MIB 0

Le synopsisChargés de protéger la Terre de toute infraction extraterrestre et de réguler l'immigration intergalactique sur notre planète, les Men in black ou MIBopèrent dans le plus grand secret. Vêtus de costumes sombres et équipés des toutes dernières technologies, ils passent inaperçus aux yeux des humains dont ils effacent régulièrement la mémoire récente : la présence d'aliens sur notre sol doit rester secrète.
Récemment séparé de son vieux partenaire, retourné à la vie civile sans aucun souvenir de sa vie d'homme en noir, K, le plus expérimenté des agents du MIB décide de former J, un jeune policier. Ensemble, ils vont afronter une nouvelle menace : Edgar le cafard...
  (Allociné.fr)

MIB 1

L'histoire : Plutôt original à l'époque, le synopsis promet tout de suite beaucoup de scènes cocasses et étonnantes. Et on en manque pas lorsuqe l'on découvre ce film pour la première fois. Je me souviens avoir beaucoup apprécié cette comédie de science-fiction au cinéma, parce qu'elle abrodait les extra-terrestre d'une façon différente (ils ne sont pas tous de méchants aliens assoiffés de sang), et leur "intégration" dans la société était plutôt drôle. Des petites clins d'oeil à ne pas louper, comme le panneau des "aliens à surveiller" sur lequel apparaissent entre autre Spielberg ou Stallone, des scènes très drôles, des dialogues bien écrits et beaucoup d'action. Un bon cocktail pour un vrai film pop-corn !

Les acteurs : Le duo Will Smith/Tommy Lee Jones fonctionne vraiment très bien. Entre le jeune tout fou qu'était encore Will Smith à l'époque et le déjà vieux de la vieille, l'alchimie se crée et équilibre l'action. Vincent D'Onofrio (New York Section Criminelle) (dé)compose un Edgar le cafard plus vrai que nature, et nous offre un beau jeu d'acteur. 

MIB 2

L'image : Très lumineuse et vive, l'image sert le propos et contraste avec le Black des costumes. Les quelques scènes de campagnes nous montre un (tout petit) coin de verdure plutôt accueillant, mais c'est surtout la ville de New York qui est mise en avant dans les extérieurs, j'y revient en fin de billet... Pour les intérieur, le décor de la "base" des MIB est très "futuriste", simple d'apparence et froid, comme il se doit pour ce type de lieu, dans presque tous les films de SF. Une image plutôt réussie, et sans la HD à l'époque ! Bon, d'accord, Barry Sonnenfeld  a débuté comme directeur de la photographie de Rob Reiner, entre autre pour Misery... Ca peut aider à savoir ce qu'on veut ...

Le son :  Une musique à l'avenant du film, rythmé, en phase avec les scènes, appuyant certaines tensions, soulignant discrètement certains gags. Bon, ok, c'est Danny - copain de Tim - Elfman qui l'a faite... Ca peut aider ...

MIB 3

La technique : Les effets spéciaux sont bien évidemment très (très très) nombreux dans ce film, ne serait-ce que par le nombre d'aliens différents qu'on y croise. De très bonne qualité, je n'ai pas remarqué (ou étais-je trop prise par cette re-découverte ?) de défaut notable (effet écran bleu, mécanique trop visible...). Oui, j'avoue, je suis loin d'être experte et je ne traque pas ce genre de détails, mais il arrive parfois qu'on les voit... Beaucoup de maquillage (plusieurs heures pour le cafard !) et certainement pas mal de post-production donc pour finaliser tous ces effets ! Mais le résultat est vraiment sympa. 

MIB 4

Alors, en conclusion, je dirai .... que j'ai passé un excellent moment à redécouvrir ce film qui m'avait déjà beaucoup plu lors de sa sortie, et que cela m'a fait plaisir de voir que le p'tit loup accrochait aussi à ce genre de comédie. Un bon moment de vacances en famille ... 


Et je l'ai vu dans le cadre ... du challenge 50 états.... J'ai redécouvert dans ce film de très nombreuses vues de New York, de nombreux extérieurs, alors que je ne me souvenais même pas que pratiquement toute l'action se déroulait à Manhattan. 

D'ailleurs "Le réalisateur Barry Sonnenfeld a choisi de situer le lieu de l'action dans sa ville natale de New York pour une raison bien précise : elle est à ses yeux comme une ville alien ! "J'ai le sentiment que si des extraterrestres débarquent un jour sur notre planète, c'est là-bas qu'ils se sentiront le mieux : ils pourront se fondre dans la population de la ville, au milieu de gens qui ressemblent eux-mêmes à des extraterrestres – qui en sont même probablement... Ce qui est formidable avec New York, c'est que lorsqu'on s'y promène, on découvre des bâtiments, des choses dont on ne comprend pas pourquoi elles sont là. On peut facilement en rire, exactement comme on peut prendre certains de ses habitants pour des extraterrestres"." (Allocine.fr)

Ainsi, le siège des MIB semble se situer près de Battery Park, à l'extrémité sud de Manhattan. (c'est dans l'adresse indiquée sur la carte remise par K à J).


MIB 6

Dès le début du film, de nombreuses scènes ont lieu dans les rues de la ville, et l'une d'elle est typique : "il a pris un taxi", et là, J se retrouve sur une artère pleine de Yellow Cab...


MIB 7

On apperçoit de nombreuses boutiques, quelques échoppes de rues (journaux, bretzels...). Et à plusieurs reprises, on aperçoit très nettement, en toile de fond, les tours jumelles...


NY3

Enfin, le "combat" final contre Edgar le cafard a lieu à Flushing Meadow Park (ça, j'avoue que j'ai mis un certain temps à localiser ;o)), où les vestiges de la foire internationale de NY 1963-1964 ressemblent très étrangement à des soucoupes (c'est ce qui met la puce à l'oreille de J dans le film).

MIB 9

Voilà un film qui montre la ville de façon originale mais où il est difficile de la manquer ! 

50 états

Et de 2 ! ;o))

Et j'inscris aussi ce film dans le 

The_reading_Comics_challenge_logo2

 

Car, je l'ignorai mais MIB était avant tout un comic ! J'ai donc rempli l'option Adaptation du challenge ;o))