Une petite tisane parfum "Pain d'épices" (un délice), un petit chocolat, et hop, pendant que mon cher et tendre cogite et flingue (avec succès) dans Uncharted 2, je blogue sous la couette.

Le week-end dernier s'annonçait comme un spécial James Cameron. Après un Terminator au top vendredi soir, nous avions prévu une sortie ciné samedi. Et qu'aller voir d'autre le 19 décembre 2009 qu'Avatar ??? Et pour boucler la boucle, j'étais prête à dégainer Abyss, Alien ou Titanic, selon mon humeur...
Grosse réflexion, et finalement, nous nous sommes dit que la salle allait être probablement bondée, surtout un samedi soir, et que nous ferions mieux de décaler d'une semaine la vision de ce qui semble être un magnifique spectacle. Bien nous en a pris, car les trois séances (3D ou classiques) du soir étaient complètes.

Nous nous sommes "rabattus", si j'ose dire, sur un film que j'étais très très très tentée de voir sur grand écran... J'adore les films catastrophes... Je sais, les héros s'en sortent quasiment toujours, même si une météorite croise leur chemin, un volcan explose sous leurs pieds ou une faille les sépare de leurs amis-conjoints-bien aimés-boulot passionnant... Bref, j'ai depuis toute petite un goût pour le grand spectacle, même si les scénarios ne volent pas toujours très haut. J'aime trembler, sursauter, voir de grosses explosions, et me dire en sortant, c'est bon, tout va bien.

Attention, je vais peut-être un peu spoiler...

Autant dire, avec 2012, j'ai été servie ! Côté catastrophe, tout y passe : tremblements de terre, failles, volcans, et même tsunami (et ça, je n'aime pas du tout !!! Ça me colle une trouille bleue, depuis une vingtaine d'années, sans que je sache pourquoi...). 2012 est un florilège des films catastrophes. Les effets spéciaux sont réellement bluffants sur grand écran : les buildings dominos, ou l'explosion du parc de Yellow stone  laisse bouche bée. Et même si je reste perplexe quand à la possibilité qu'un tsunami d'un kilomètre 500 (ouh la, sueur froide pour moi) atteigne quasiment le sommet de l'Everest (8807 m, ai-je appris il y a bien longtemps), l'image de la mer recouvrant les montagnes dans une vague immense était vraiment magnifique.

Maintenant, côté scénario... Non, je ne vois pas, non... Tout au plus un synopsis tenant sur un A4. Mais ce n'est vraiment pas grave, quand on va voir le film pour le divertissement.
Les personnages sont plutôt sympathiques. Magnifique John Cusack, capable de sauver sa famille grâce aux efforts combinés d'une limousine, d'un avion de tourisme (piloté par son remplaçant, tout de même...), un camping car délabré, et un vieil avion cargo russe... D'une dextérité et d'une force mentale à toute épreuve, cet écrivain quasi raté, conducteur de Limo pour subvenir à ses besoins...Non, sérieusement, le personnage est attachant, même s'il est caricatural (pléonasme pour ce genre de film ?).
Le gentil scientifique qui veut sauver le monde, ou du moins, un maximum de monde, est excellent aussi. Tout comme le président (Danny - je suis trop vieux pour ces conneries - Glover), qui bien sur n'abandonnera jamais le navire "USA"... et mourra sous un navire de la "US Navy", dans  son propre jardin - pas glop !
Un petit clin d'oeil "Urgentesque" avec Thandie Newton (la femme de John Carter).
Et surtout mention spéciale à Woody Harrelson, en déjanté total ! Son numéro est excellent !!! J'ai même mis un moment à le reconnaître !

Allez, je ne boude vraiment pas mon plaisir. Le film tient sur des ficelles grosses comme les câbles d'amarrage des arches. D'un bout à l'autre, on sait que le héros s'en sortira, avec sa famille, même si on se demande bien par quel effet magique du "scénario". Mais quels effets spéciaux !!! Et puis, quand on y repense, qu'est-ce que c'est drôle de repérer toutes les incohérences de l'histoire !

[2012.jpg]

Je suis vraiment fan des comédies à grand spectacle de Roland Emmerich ! 

Allez, on va finir l'année ciné avec Avatar...