chagrin

 

 

Parution en 2007, traduction de 

 

La quatrième de couv' Chagrin d'école est un roman autobiographique sur le parcours psychologique d'un cancre dans le système scolaire, en plus de plusieurs réflexions et anecdotes sur le propre parcours de l'auteur qui était lui même un très mauvais élève. (Livraddict)  

 

L'histoire/Le sujet : Daniel Pennac a été un cancre. Et il l'assume complètement. Mais il analyse au travers de ce livre ce que cela a pu lui apporter, dans son parcours, mais aussi dans sa vision des élèves et de l'enseignement...     

Le style : Un style très agréable et abordable, de l'autobiographie sous le ton parfois de la confidence, parfois en mettant en avant l'humour de certaines situations.        

 Et la couverture alors ? Une classe évidemment... Un cancre, évidemment... Et ce commentaire incisif au tableau, que l'on a pu lire, voir écrire, tant de fois ...  

    

 En conclusion ? J'ai eu l'occasion d'entendre Daniel Pennac a plusieurs reprises, sur différents sujets, un peu comme tout le monde. J'ai pu l'entendre lire Le journal d'un corps, en "direct", et ça a été un moment de pur bonheur. Cet auteur me plaisait déjà beaucoup dans sa façon d'écrire et de conter. Ce livre a encore renforcé ce sentiment. 
Un livre qui parle d'enseignement, ok, ça peut rebuter. Un livre qui parle de cancre, sur le ton autobiographique, ça titille tout de suite. Surtout quand on connaît un peu ce qu'a pu produire cet auteur. Ou que l'on sait qu'il a été enseignant... Alors on plonge. En tout cas, j'ai plongé. Et je n'ai pas regretté. J'ai dégusté ce livre tranquillement, par petit bout, entre deux autres lectures, juste pour le plaisir de le savourer. Savourer à la fois l'écriture de l'auteur, parfois poétique, parfois confidente, souvent pleine d'humour.... mais aussi en savourer, en integrer le contenu. Et découvrir le parcours d'un cancre ordinaire, qui devint quelqu'un de vraiment passionnant à lire ou écouter. S'entendre dire - ou redire différemment - que le parcours d'un élève ne peut être uniformisé, standardisé, juste parce que la société en a décidé ainsi. Qu'une erreur, une difficulté, ne doit pas être le signe d'une fin de parcours, mais peut-être juste d'un changement de chemin, ou d'un challenge pour surmonter cet obstacle. Et que ce qui est capital ici, c'est tout bêtement la bienveillance. Ce mot dont les grands pontes nous rabattent actuellement les oreilles, à coups de notes de services et de programmes sans cesse renouvelés, (sans pour autant en faire toujours beaucoup preuve de leur côté), a toujours existé. Daniel Pennac a rencontré des adultes bienveillants, qui l'on mené sur le chemin qui devait être le sien. Il a lui même fait énormément preuve de bienveillance envers ses élèves, envers leurs parents, et a su s'entourer de personnes à son image, ou proche de celle-ci. Et ainsi réussir à accomplir sa mission d'éduaction. Peut-être pas une réussite à 100%... mais de nombreux souvenirs positifs. 

En bref, cette belle autobiographie, "vendue" comme un livre sur un cancre, est à mon sens surtout un livre pour montrer l'importance de la personnalité de chacun dans l'enseignement et l'éducation. 

 

Pourquoi ce livre ?  Parce que je l'avais depuis longtemps dans ma PAL et quand une amie l'a lu récemment, cela m'a fortement donné envie de l'en sortir.... Merci Mathilde :D