de l'autre côté 

La quatrième de couv' Pour Sibel qui se consacre entièrement à la danse, le quotidien est un perpétuel ballet. Pourtant, tout bascule le jour où son lien à l’Art est coupé : on l’isole de ses sœurs, on lui refuse l’existence qu’elle aime tant dans cette communauté composée exclusivement de femmes. En tâtonnant pour retrouver tout ce qu'elle a perdu, elle entend des rumeurs, découvre des secrets propres à bouleverser sa conception du monde. 
Mais alors, si la vie n’est qu’un immense théâtre, pour qui Sibel danse-t-elle ? Et surtout, que se trame-t-il en coulisse ? 
Peut-être cet étranger au sourire narquois qui se définit comme un « homme » et ne lui parle que de Science pourra-t-il lui apporter des réponses. L’aidera-t-il à franchir l’enceinte qui délimite l’univers qu’elle a toujours connu ? 
Découvrez le mystère qui se cache là-bas, de l’autre côté du mur… (Livraddict) 

L'histoire/Le sujet : Sibel vit dans un monde où seul l'Art existe. Chacun a le sien, le pratique, l'exerce pour en obtenir la quintessence. Elle vit auprès de ses soeurs, dirigée par les mères. Tout aurait été parfait, si elle n'avait un jour perdu son Art, quasi sa magie, par la faute d'une de ses soeurs. En voulant se soigner, pour ne plus être isolée, elle va découvrir un autre univers... Ou plus exactement, les coulisses de son univers. Mais ce n'est que la première des nombreuses et étranges découvertes qu'elle fera. 

Le style : Très beau et poétique, sans être illisible ou lourd. Agnès Marot a une très belle plume, très agréable à lire.    

 Et la couverture alors ? Très belle, promettant beaucoup sur l'ouvrage.     

 En conclusion ?  J'ai découvert avec ce roman de jolies pages d'une écriture très poétique. Je n'aime pas spécialement la danse, mais j'ai aimé les passages nous emmenant dans les pas de Sibel. Je ne suit pas spécialement friande de dystopie, mais j'ai apprécié ici la façon dont est menée l'histoire. La description des deux univers est très visuelle, et on peut facilement les imaginer. J'ai aimé la découverte que Sybel fait des coulisses par exemple, et comme elle, j'imaginais son univers premier en parallèle aux murs devant elle. J'ai apprécié le passage où elle découvre cet être bizarre qu'est l'homme, incarné par Aslan. Bref, j'ai trouvé ce roman très poétique et bien écrit. L'histoire nous entraine rapidement, et même si on n'accroche pas forcément à tous les personnages, ils ont pour la plupart beaucoup d'intérêt. Les univers séparés, filles et Art d'un côté, garçons et sciences de l'autre, font réfléchir, comme l'ensemble de l'univers décrit ici. Un bien joli roman.

  

 Pourquoi ce livre ?  Parce qu'il fait parti de la sélection OCDC 2014.  

Ce livre entre dans le(s) challenge(s) : OCDC 2014 -  e-challenge (SF et dérivés)

opération coup de coeur pour auteurs 2014

  e-challenge