logo

 

Avec 24 petites heures de retard, je me joins au challenge geek pour finir la semaine spéciale Magie en fêtant l'anniversaire de Sir Terry Pratchett...

Pour l'occasion, je me suis plongée dans un recueil de nouvelles, dont la plupart prend racines dans le Disque Monde. J'y ai passé un bien bon moment !! 

Les platines de la nuit... où la mort a les traits et le look de John Travolta dans la fièvre du samedi soir, talons hauts compris. Pour un roi des platines, partir ainsi, quoi de mieux ? Seulement, le passage n'est pas toujours évident...

Drame de Troll ... où l'on retrouve Cohen le barbare et son cheval, qui sont prêt (enfin surtout Cohen) à en découdre avec un troll de pont... Parce qu'autrefois, chaque pont abritait son troll. Mais les temps sont durs, et même les trolls ont dû se recycler ...

La mer et les petits poissons... qui est la plus longue des nouvelles que j'ai lu... où l'on retrouve Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg... Mémé Ciredutemps veut gagner, toujours gagner, parce que c'est comme ça, elle est la meilleure et elle le sait. Alors quand le comité des sorcières lui demande gentillement de laisser sa place pour que les autres aient une chance de gagner le concours des sorcières, elle ne le prend pas forcément bien .... 

La mort, et ce qui vient après .... Une très courte nouvelle, dialogue entre la mort et un philosophe.... Qui aura le dernier mot ? 

Réformorphoses... où comment des responsables d'université vont tout faire...pour ne rien faire ....

Cinq nouvelles différentes, certes, mais dont le point commun est cet humour que j'ai découvert l'an dernier chez Pratchett. Les personnages ne laissent jamais indifférents, présentés en quelques traits mais très vite attachants. Les histoires, bien que courtes, se tiennent parfaitement, et sont de petites tranches de vie au coeur du disque monde (excepté la première). Et on y trouve toujours une sorte de petite morale amusante . J'ai passé un excellent moment à la découverte de ces nouvelles et cela me conforte à approfondir ma connaissance de cet auteur aussi drôle qu'étonnant. 

Happy Birthday sir Pratchett ! 

pratchett

 

quand je commence à comprendre que mon nouveau conservatoire fonctionne selon une cosmogonie propre à lui, où beaucoup de choses reposent sur la grosse et inaccessible communauté d’agglo