Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
J'suis pas Super Mam'...
15 février 2013

Jim Morrison, de J.Y. Reuzeau

  

La quatrième de couv' : «J'ai toujours été attiré par tout ce qui parlait de révolte contre l'autorité. Celui qui se réconcilie avec l'autorité se met à en faire partie.» 
Chaman, poète maudit, sorcier des mots, James Douglas Morrison, dit Jim Morrison (1943-1971), chanteur des Doors, continue de fasciner des générations d'auditeurs et de lecteurs. 
Cette biographie très documentée retrace l'aventure fulgurante d'un artiste hors du commun qui réinventa le rock and roll. L'équipée sauvage de celui qu'on appelait le «Roi lézard» fut aussi celle d'un groupe, les Doors, dont les mélodies et les textes font aujourd'hui parti de l'histoire de la musique : «Riders On The Storm», «Light My Fire», «You Make Me real»... Auteur de plusieurs livres sur Jim Morrison, Jean-Yves Reuzeau travailla une dizaine d'années pour le label Elektra, celle des Doors.
(présentation Livraddict.fr)

L'histoire : Celle du leader des Doors, Jim Morrison, arrivé au sommet de la gloire en un album, et qui pour vivre intensément, aura le même destin tragique que ses amis du "Club des 27". Fils de militaire, James Douglas Morrison se montre très jeune réfractaire à l'autorité, marqué par une certaine recherche mystique, porté sur les arts, la littérature, la psychologie, et surtout épris de liberté. Son parcourt atypique le mènera assez jeune loin "des siens", qui ne semble pas comprendre ses aspirations, et c'est là que lui pousseront les ailes qui feront de lui l'icône d'une génération, le poète maudit. Mais son désir de liberté est à ce point présent qu'il en devient destructeur quand il passe par la provocation extrême dans un pays en pleine mutation, entre ségrégation et mouvements sociaux, assassinats en séries et guerre du Vietnam. Sexe, drogue et Rock & Roll sont les moteurs de cette génération d'artistes et Jim Morrison en est fervent consommateur, brûlant la vie par tous les côtés, ne se connaissant aucune limite, même pas celle de la santé. Malgré tout, plus de quarante ans après sa mort, son nom reste, au même titre que celui de ses tristes comparses morts à 27 ans, dans toutes les têtes, et on fredonne encore ses paroles acérées ou lascives.

Le style : Jean Yves Reuzeau a pris le parti de proposer une biographie chronologique, découpée par année, chacune titrée et introduite par deux citations. La vie de l'artiste y est très détaillée, mais est également replacée dans un contexte à la fois historique, sociologique et artistique qui permet de comprendre à la fois le décalage qu'il pouvait y avoir entre cet homme et la société qui l'entourait, le contexte qui le poussait peut-être à réagir ainsi, et l'influence des mouvements artistiques de ces années sur les différents courants de pensées dans la mutation du pays. On sent une recherche, probablement longue, certainement très poussée, et passionnée, pour rassembler une quantité impressionnante d'archives et de témoignages permettant d'étayer le propos. Et le tout est retranscrit avec une fluidité qui fait que cette biographie se lit aussi bien qu'un roman, sans avoir la légèreté de certains ouvrages de ce type se contentant d'enscenser les artistes. D'ailleurs, malgré une visible admiration pour l'artiste, à aucun moment je n'ai ressenti à la lecture une quelconque mise sur un piédestal de Jim Morrison, ses côtés aussi bien positifs que négatifs étant abordés avec une apparente justesse. 

 Et la couverture alors ?   Que serait une biographie sans son sujet principal en couverture ? Deux très belles photos, un fond rouge - pour la seconde - fort évocateur. 

 En conclusion ?  Lorsque j'ai postulé pour ce partenariat, c'est un sentiment de nostalgie que je m'attendais à ressentir en lisant cet ouvrage. Souvenir de mes 17 ans, de mes albums écoutés en boucle, du film de Oliver Stone, de Personne ne sortira d'ici vivant, de Seigneurs et nouvelles créatures et d'Une prière américaine, mes livres de chevet l'été de mes 18 ans.... C'est finalement tout autre chose que j'ai ressenti en lisant ce livre. Tout d'abord cet ouvrage est extrèmement complet et détaillé, mais pas dans un sens "paparazziesque" du terme. On y trouve un contexte, des liens et des ramifications autour de l'artiste, on y découvre finalement une petite histoire dans la grande Histoire. Les années 60 aux Etats Unis sont une période qui m'intéresse particulièrement, je pense l'avoir déjà dit ici, et le fait de (re)découvrir certains éléments au travers du prisme de l'industrie musicale californienen est passionnant à mon sens. Et j'ai redécouvert aussi un homme torturé, voué à se brûler les ailes, destructeur pour lui comme pour les autres, mais malgré tout fascinant. Le livre de J.Y. Reuzeau m'a donné non seulement envie de ré écouter les Doors, mais aussi d'en découvrir plus sur d'autres icônes qui ont croisés le chemin de Morrison. L'auteur a écrit la biographie de Janis Joplin dans la même collection.... je me laisserais bien tenter .... 

 

Pourquoi ce livre ? Parce qu'il était proposé en partenariat sur Livraddict. Un grand merci à la team LA et aux éditions Folio pour ce passionnant envoi

 

Logo Livraddict

Et en prime, hop, dans le challenge 50 états, pour la Californie. 

50 états

 

Publicité
Publicité
Commentaires
S
Hop, billet ajouté !
Répondre
Visiteurs
Depuis la création 324 228
Publicité
J'suis pas Super Mam'...
Pages
Archives
Publicité