La quatrième de couv' : Vue de la terre, la lune, par sa rondeur et sa bonhomie incite à toutes les rêveries... Inaccessible et pourtant si proche, elle peuple l'imaginaire des hommes pressés de la conquérir, et enflamme le monde depuis la nuit des temps avec son lot de légendes et de mystères. Dans Les contes de la lune, les enfants sont transportés dans des univers très différents, au gré de récits qui ont tous la lune comme déclencheur de situations insolites : que ses rayons éclairent l'aigle blessé, la princesse désespérée, les souris affamées, le boxeur conquérant, le vieux chat jaloux, l'ourson espiègle ou les deux enfants perdus en forêt, elle les pousse à faire de petites bêtises ou de grandes choses ! (présentation Amazon.fr)

L'auteur en deux mots : Née en Bourgogne Elisabeth Delaigle vit à Paris où elle est conseil en communication. L'écriture, occupe une grande partie de son quotidien professionnel et personnel. Elle commence à écrire des contes pour enfants à l'âge de 15 ans. Écrire pour les enfants est une vraie passion qui la plonge dans le passé, lorsqu'enfant elle-même, elle dévorait les Contes de Perrault, les livres de la Comtesse de Ségur et autres ouvrages de la littérature enfantine. Tout l'inspire et tout est prétexte à faire rêver, à solliciter l'imagination des enfants et celle des parents s'ils ont su garder leur âme d'enfant. (Cette biographie a été fournie par l'auteur ou son représentant.)

L'histoire : Pas une histoire, mais plusieurs contes, qui chacun prennent pour point commun la Lune, ce mystérieux cercle de lumière nocturne qui éveille tous les rêves, tous les cauchemars, tous les espoirs ou toutes les peurs des enfants...et des petits animaux aussi... 

Chaque histoire a ses personnages, de l'enfant indien au petit ours, de la souris à la jeune princesse. Chaque histoire a son lieu, de la forêt au château somptueux, de la maison abandonnée ou presque au grande plaine sauvage. Mais toutes les histoires tournent à un moment ou un autre les yeux vers le ciel, pour y voir la Lune, l'admirer, bien souvent la convoiter. Elle fait peur, mais aussi elle rassure. Elle éclaire, mais assombrie certaines histoires. C'est elle le personnage central de ces contes.

Mon coup de coeur parmi ses contes est Le Boxeur de la Lune... Pourquoi ? Je ne sais pas. Le jeune garçon seul, qui cherche à s'en sortir. Le travail difficile sur les docks, le travail sans compter pour finalement atteindre son but... Je n'aime pas la boxe mais j'ai trouvé que cette histoire est celle qui m'a le plus parlé. 

Je pense que pour de jeunes enfants, Le pêcheur de lune ou l'histoire des souris croqueuses de lune sauront beaucoup plus retenir leur attention, et leur donner à sourire. 

Les personnages : Comme je l'ai dit, chaque conte a un ou plusieurs personnages centraux. Pas de règle ici, cela peut aussi bien être des humains que des animaux. Mais ils ont toujours un soucis. Et qui bien sur se résolvera toujours, grâce ou malgré la Lune.  

Le style :  Un style très agréable, simple, et qui se prête tout à fait à la structure du conte.   

Et la couverture alors ? L'ayant reçu et lu en numérique, je n'ai vu la couverture que sur l'illustration plus haut. Mais elle reflète bien l'ouvrage je trouve.

En conclusion ?  Pour avoir lu beaucoup de contes (en particulier cette année où les contes étaient au coeur du projet de mon école), j'ai retrouvé ici la structure classique mais efficace du conte classique. Ce qui est étonnant et fort agréable, c'est la diversité des thèmes et des personnages mis en scène, qui permettent de toucher un public différent dans un même recueil. Les petites illustrations sont parfaitement dans le thème et bien que très simples, sont très mignonnes... Un ouvrage que j'ai beaucoup apprécié, une parenthèse poétique fort agréable.

Pourquoi ce livre ? Parce qu'Elisabeth Delaigle, l'auteur, m'a proposé de me faire parvenir un exemplaire numérique il y a de cela un bon moment maintenant. Je suis impardonnable pour mon retard, d'autant que le recueil se lit rapidement. Mais pour ma défense, je l'ai lu sur l'Ipad de mon ohm, dont je ne dispose pas toujours, et je n'ai pas encore le réflexe numérique... 

Je présente donc une fois de plus mes excuses à Elisabeth Delaigle pour mon retard, et je la remercie beaucoup de m'avoir proposé ce très joli ouvrage, à recommander !