Le synopsis1931, période de Grande Dépression aux Etats-Unis. A la suite d'une tragédie familiale, Jacob, un jeune étudiant en école vétérinaire, se retrouve subitement plongé dans la misère et rejoint par hasard un cirque itinérant de seconde classe. Il se fait accepter en échange des soins qu’il pourra apporter aux animaux et ne tarde pas à tomber sous le charme de la belle écuyère Marlène. Elle est l'épouse du directeur du cirque, un être d’une rare violence et totalement imprévisible. Derrière la beauté et la magie des spectacles, Jacob découvre un univers impitoyable et miséreux...   (Allociné.fr)

de-l-eau-pour-les-elephants-2011-15532-719771824

L'histoire : J'ai lu le roman dont est tiré ce film quelques semaines avant sa sortie. Je connaissais donc très bien l'histoire qui me serai racontée. Mais j'étais très curieuse, surtout après avoir vu la bande annonce, de la découvrir en images. Cette période de l'histoire américaine - la grande dépression - vu à travers un cirque itinérant, cela rappelle l'excellent (mais hélas trop courte) série Carnival. Mais le film en est très loin. C'est la romance qui prédomine ici, le cirque, la dépression en sont la toile de fond. Ce n'est pas désagréable, bien que moins bien approfondi et détaillé que dans le livre (mais ça, c'était assez évident...).

Les acteurs : Je n'aime pas du tout Robert Pattinson, auquel je trouve le regard vide et sans expression, et le jeu d'acteur très limité. Malgré tout, j'ai réussi à passer outre dans ce film, tant il est mis en valeur par le jeu des acteurs qui l'entoure. Reese Witherspoon est pétillante à souhait quand elle se doit de faire bonne figure, terriblement dure et triste dans les autres cas. Elle fait bien passer les émotions, remontant et soutenant le jeu monolithique de son partenaire. Quand à Christopher Watz, il est excellent de folie, alternance de tristesse, douceur et violence, faisant terriblement peur par moment. Un beau jeu d'acteur. Les seconds rôles ont beaucoup d'importance ici, puisqu'ils représentent la troupe du cirque, ouvriers ou Freaks obligés de s'exhiber pour gagner une maigre pitance, quand ils ont la chance de la gagner. Un beau et grand casting qui met en valeur l'ensemble de l'histoire.

De l'eau 1

L'image : De très belles images, de belles couleurs, un jeu autour des oranges et jaunes, donnant une impression de sépia. Très agréable à regarder. La grande dépression est très "visible" au travers des costumes, des décors, de la misère resentie. Le train du cirque est très impressionant, les paysage très beaux - quand on les voit- durant le voyage. Une image plutôt réussie.

Le son :  Cela fait un bon moment que je l'ai vu (le problème d'avoir un tas de billets en retard !), et j'avoue que la musique ne m'est pas resté en tête. Elle me semblait bien coller à l'action, peut-être un peu trop larmoyante par moment... 

de l'eau

La technique : La réalistaion m'a semblé de bonne qualité, avec une alternance de plans collants à l'action sans être lourdingues. Les plans d'ensemble lors du montage du chapiteau sont impressionnants, tout comme la façon dont sont tournés certains numéros (avec l'éléphant et les chevaux en particulier). Les gros plans qui font monter les sentiments sont parfois un peu appuyés (et le regard de Pattinson en gros plan...bof), mais sont aussi la règle dans les moments de romances. Un beau travail technique, qui sert l'histoire.

De l'eau 5

Alors, en conclusion, je dirai .... Que j'ai beaucoup apprécié ce film. Bien sur, quelques libertés ont été prises par rapport au roman, pour "servir" l'image et réduire le propos. Mais rien qui à mon sens dénature totalement le récit. Cependant, comme je l'ai dit, la romance et le triangle amoureux sont beaucoup mis en avant par rapport au travail du cirque et à la peinture sociale de l'époque. Un bon moment de cinéma, à déguster comme tel.


Et je l'ai vu dans le cadre ... du chalenge Back to the past !

logo back to the past 03 O.jpg 


 

de-l-eau-pour-les-elephants-de-francis-lawrence-10384654tymjt