L'histoire (les histoires), quatrième de couverture : Que se passe-t-il lorsque deux frères siamois séparés à la naissance n’ont qu’un seul souhait : redevenir un ? Quand chaque apparition d’un chanteur de rock s’accompagne d’un drame ? Quand un entrepreneur de pompes funèbres du quartier de Chinatown vous charge de surveiller un cadavre ? Et quand vous vous perdez dans Calcutta livrée aux morts-vivants ? (Amazon.fr)

Reçu dans le cadre d'un partenariat avec B.O.B., pour lequel j'ai un peu de retard (j'en suis désolée), j'ai découvert un auteur très particulier, des textes spéciaux....

Ce recueil rassemble des nouvelles publiées entre 1985 et 1992 dans divers magasines américains. La plupart ont pour cadre la Georgie profonde, des milieux modestes, voir pauvres. Pour chacune de ces nouvelles, un évènement surnaturel viendra briser un certain équilibre, le faire basculer le plus souvent dans un univers sanguinolent...

L'introduction de Dan Simmons (dont je n'ai jamais lu les écrits, mais l'humour de cette introduction m'a révélé un auteur qui titille mon intérêt) est plutôt drôle, et donne vraiment envie de découvrir très vite a suite. 

Anges (1987), met en scène deux personnages, que l'on retrouvera plus tard, Ghost et Steve. En panne au milieu de nulle part, ils rencontrent une famille improbable, et des jumeaux aussi mystérieux que terrifiants... Cette première histoire donne le ton, Pour qui ne connait pas l'auteur, cela nous plonge dans un style agréable, possedant une certaine musicalité, mais où le sang et les scènes d'horreur ne sont pas éludés. C'est dit, il faut avoir le coeur bien accroché pour plonger dans cet univers...

Conte géorgien (1987) raconte le retour "aux sources" d'un personnage, deux ans après un drame... Au passage, cette nouvelle nous rappelle l'étymologie du mot Geek... non négligeable...

Sa bouche aura le goût de la fée verte (1989), donne en quelques sorte le titre de ce recueil. Une descente aux enfers de deux hommes, amis, amants... De grandes descriptions glauques, dérangeantes parfois ...

Musique en option pour voix et piano (1986), où un étrange et terrible pouvoir habite un musicien... Cette nouvelle m'a fait penser à X files, dans son côté paranormal...

Xénophobie (1989). Où l'abus de certaines substances peut avoir de graves conséquences. Une ballade dans les quartiers chinois, des descriptions très détaillées, où l'on a parfois l'impression de sentir même les odeurs... pas toujours agréable...

La sixième sentinelle (1991), histoire d'amour et de fantôme... Encore une fois, les descriptions ne nous épargnent pas...

Disparu (1985). Deux amis musiciens... Difficile d'en dire beaucoup plus pour cette courte nouvelle...

Traces de pas dans l'eau (1986). Un jeune homme au pouvoir surnaturel... Une résurrection. 

Prise de tête à New York (1992). Nous retrouvons Ghost et Steve qui découvrent la grosse pomme, fruit plutôt vérolé... Des scènes dignes de Romero, d'ailleurs cité dans la nouvelle... Des SDF comme des zombies... Glauque, prenant, halletant... 

Calcutta, seigneur des nerfs (1991), où Kali devient déesse des zombies. Odorat, vue, touché, tous les sens sont mis à mal dans cette nouvelle pleine de morts vivants, et de vivants déjà à moitié morts...

Paternité (1986). Une histoire de paternité qui pourrait être très ordinaire... Terrible.

Cendres du souvenir, poussière du désir (1990). Triangle amoureux et ses conséquences...

Toutes les nouvelles ne m'ont pas remuées, ne m'ont pas autant passionnées. J'ai un "faible" pour les deux avec Ghost et Steve, Anges et Prise de tête, pour Musique..., et Calcutta...

L'ensemble de ce recueil est donc plutôt glauque, à réserver aux adeptes de zombies, monstres, et univers à la fois surnaturels et glauques. Cependant, l'écriture est vraiment agréable, à la fois facile d'accès et pleine de termes qui, assez peu souvent employés, donne une musicalité aux récits (j'aime croiser des mots comme "roides", "cacochyme"...). J'admire la plume d'un auteur qui a écrit ces nouvelles très jeune (puisque née en 1967, elle a dû publier les premières à 18 ans).

J'ai passé un bon moment à découvrir cet univers. Bizarrement, je ne l'aurais pas qualifié de SF, mais ne sais quelle étiquette lui donner... Un grand merci à B.O.B. et aux éditions Folio pour ce partenariat.

logobob01