L'histoire :  Dom Cobb est un voleur expérimenté – le meilleur qui soit dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents dans l’univers trouble de l’espionnage industriel, Cobb est aussi devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d’avant – à condition qu’il puisse accomplir l’impossible : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait. Et pourtant, aussi méthodiques et doués soient-ils, rien n’aurait pu préparer Cobb et ses partenaires à un ennemi redoutable qui semble avoir systématiquement un coup d’avance sur eux. Un ennemi dont seul Cobb aurait pu soupçonner l’existence. (Allocine.fr)

Nous avions manqué la diffusion ciné de ce film qui pourtant nous tentait énormément. Nous avons enfin pu découvrir ce thriller de science-fiction avec la sortie BluRay il y a quelques temps. 

Je comprends maintenant mieux que l'on puisse aimer ou détester ce film, mais que les avis soient rarement plus mitigés. J'ai été un peu déstabilisé par les premières minutes. Rêves ? Réalités ? Sortir du rêve pour la rélaité ou l'inverse... Ouh là ! Et finalement, au fil du déroulement du film, les choses, les idées, les concepts se mettent en place, tels des pièces d'un étrange puzzle. Et alors qu'on croit avoir enfin une réponse.... A moins que la fièvre que j'avais le jour où on l'a regardé ne m'ait un peu embrouillée ;o). 

Comme souvent, j'ai beaucoup apprécié le jeu de Léonardo di Caprio. La jeune 'belle gueule" du cinéma américain a à mon sens su mener sa carrière et faire des choix vers une belle maturité. Ce rôle ne dément pas mon idée. De même,Cillian Murphy (je le surnomme l'acteur aux yeux transparents, depuis un film vu il y a un bail, dont je ne me souviens plus le titre...) est très bon, comme la plupart des membres de l'équipe de Dom. Une des dernières apparitions de Pete Postlethwaithe, sur un lit de mort... Un pont négatif, j'ai eu du mal à suporter Marion Cotillard, qui ne se fondait pas vraiment dans l'ensemble. 

La réalisation est impeccablement complexe. On se perd un moment dans les méandres du scénario pour mieux s'y retrouver, dans un rythme soutenu qui tient en haleine. Les effets spéciaux sont bluffants, et j'ai énormément apprécié de voir des bonus en expliquant la réalisation (la construction du couloir d'hotel pivotant dans lequel l'acteur Jason Gordon-Lewit s'est "débattu" plusieurs jours, entre autre, est impressionant). Les images mettant en scène toute l'architecture et ses transformations m'ont tout simplement "scotchées".

J'ai passé un très bon moment devant ce film, que je regrette un peu de ne pas avoir vu sur grand écran.