Scott Pilgrim n’a jamais eu de problème à trouver une petite amie, mais s’en débarrasser s’avère plus compliqué. Entre celle qui lui a brisé le cœur – et qui est de retour en ville – et l’adolescente qui lui sert de distraction au moment où Ramona entre dans sa vie - en rollers - l’amour n’a jamais été chose facile. Il va cependant vite réaliser que le nouvel objet de son affection traîne les plus singulières casseroles jamais rencontrées : une infâme ligue d’ex qui contrôlent sa vie amoureuse et sont prêts à tout pour éliminer son nouveau prétendant. À mesure que Scott se rapproche de Ramona, il est confronté à une palette grandissante d’individus patibulaires qui peuplent le passé de sa dulcinée : du mesquin skateur à la rock star végétarienne en passant par une affreuse paire de jumeaux. Et s’il espère séduire l’amour de sa vie, il doit triompher de chacun d’eux avant que la partie soit bel et bien « over ». (Allocine.fr)

J'ai lu les deux premiers tomes du comics, et nous avons maintenant découvert le film.... Une bonne séance Blu Ray !

Ce film est totalement speedé.... Rythmé, coloré, plein de musique, de bruits, d’onomatopées.... Un vrai jeu vidéo !!! Et ça tombe plutôt bien, puisqu'on y retrouve des références aux jeux toutes les 5 minutes secondes ...

Scott Pilgrimm, donc, est tombé amoureux de Ramona... Mais Ramona traîne derrière elle 7 ex maléfiques, que Scott devra battre s'il veut la conquérir... Et là, ça se corse... 

Tous les personnages du film sont fidèles au livre (enfin, je ne peux réellement parler que des deux premiers tomes, mais déjà, je trouve ça super bien adapté !).  Michael Cera incarne un Scott excellent : faible, mais pas trop, amoureux, et donc prêt à tout pour Ramona.... Même à affronter Pattel, et les 6 autres maléfiques.... Mary Elisabeth Winstead est une Ramona aussi colorée que dans la BD, en basket ou en rollers, spectatrice de ces combats...

Les combats sont tout droit sortis de jeux vidéo, comme je l'ai dit déjà. On est dans un monde parallèle, où les personnages se battent aussi bien au sol que dans les airs, où un coup de poing envoie sur orbite, où un skate peut aller plus vite qu'un voiture de course... Et où les perdants se dématérialise dans une pluie de pièces de monnaie.... Un monde où l'on passe d'une maison à un couloir de lycée juste en allant aux toilettes.... Où la musique fait apparaitre des dragons ou autre monstres qui combattent... Et où l'on peut sortir une masse gigantesque d'un petit sac à main (pratique, il faut le dire !!).

Les acteurs ont l'air de s'amuser, et cela donne un film réjouissant. Il est réalisé par Edgard Wright, mais n'a absolument rien à voir avec Shaun of the dead ou Hot Fuzz, mes films chouchous de ce réalisateur anglais. Certains seront probablement déçus, moi j'ai vraiment beaucoup aimé. Il faut effectivement accepter la dimension jeux vidéos, les "bing", les "paf" qui apparaissent à l'écran, les changements de plans sans sens apparent, les plans délirants (une porte qui apparait au milieu de....rien...). Ce film est surtout plein d'humour et de musique , et l'on passe un bon moment !

Les - très nombreux -bonus nous apprennent beaucoup sur le tournage (réel marathon pour le réalisateur, et impliquant beaucoup les acteurs, physiquement), le montage, les effets spéciaux, et montre en particulier la très très forte implication du dessinateur du manga, Bryan Lee O'Malley, dans le projet... Ceci explique peut-être cela ...