L'histoire :  Une soirée bien arrosée d'octobre 2003, Mark Zuckerberg, un étudiant qui vient de se faire plaquer par sa petite amie, pirate le système informatique de l'Université de Harvard pour créer un site, une base de données de toutes les filles du campus. Il affiche côte à côte deux photos et demande à l'utilisateur de voter pour la plus canon. Il baptise le site Facemash. Le succès est instantané : l'information se diffuse à la vitesse de l'éclair et le site devient viral, détruisant tout le système de Harvard et générant une controverse sur le campus à cause de sa misogynie. Mark est accusé d'avoir violé intentionnellement la sécurité, les droits de reproduction et le respect de la vie privée. C'est pourtant à ce moment qu'est né ce qui deviendra Facebook. Peu après, Mark crée thefacebook.com, qui se répand comme une trainée de poudre d'un écran à l'autre d'abord à Harvard, puis s'ouvre aux principales universités des États-Unis, de l'Ivy League à Silicon Valley, avant de gagner le monde entier... (Allocine.fr)

Une soirée ciné il y a une dizaine de jour, et un film que j'avais vraiment très envie de voir.

L'histoire, quasiment tout le monde la connaît : la création de Facebook, et les tourments qui ont suivis pour (ou à cause de) son créateur. Celle-ci est présenter de façon très dynamique par David Fincher. Le réalisateur n'a pas choisit de raconter de façon linéaire cette création. Il navigue à loisir dans le temps, de la genèse de la création aux procès, de l'installation en Californie aux brefs passages à New-York.... Dans un premier temps, on peut être perdu. Mais les dialogues et une certaine unité dans chacun des décors permet de "raccrocher" et de suivre. 

 
Les dialogues justement... Dès le début du film, l'acteur principal se lance dans de longs (très longs) quasi monologues. Mais paradoxalement, je ne me suis pas sentie noyée ou ennuyée par ces tirades, au contraire. Elles rythment le film, expliquent, permet de comprendre la psychologie de ce personnage complexe. Et l'acteur, Jesse Eisenberg, est excellent dans ce rôle. Cynique, froid, distant, dans son univers et très loin des problèmes qu'il a pu provoquer, l'acteur réussit a montrer le Mark Zuckerberg que l'on peut imaginer... 


C'est donc David Fincher qui a fait ce film. Je l'ai déjà dit , j'aime ce que fait ce réalisateur. Et ce film ne déroge pas à la règle. J'ai beaucoup apprécié. L'image est très belle, et même si on pouvait s'attendre à quelque chose de froid (puisque l'on parle nouvelle technologie, internet, virtuel...), on y retrouve une grande chaleur, la sensation que cet univers a pris naissance dans un cocoon assez douillet. La musique de Trent Reznor (Nine Inch Nails) colle parfaitement aux images, dynamique et vivante. 

Je ne suis pas naïve, je ne suis pas persuadée que tout ce qui a été raconté ici est la stricte vérité. Mais ce film a le grand intérêt d'éclairer tout de même sur la création de ce phénomène mondial (dont je reste une fervente utilisatrice), et de passer un très bon moment. Un très bon film !