Capturée puis vendue comme esclave par des pillards vikings, Inga est achetée par une étrange châtelaine surnommée " la Princesse noire ". Quel est le secret de cette femme solitaire qui règne en maître sur un manoir en ruine où elle recueille des enfants infirmes abandonnés par leurs parents ? Inga sent qu'un mystère pèse sur les lieux. Les adolescents dont elle a la garde chuchotent de bien curieuses histoires à propos d'une créature qui hanterait les souterrains. Un assassin qui, tel l'ogre des contes, viendrait à chaque nouvelle lune prélever son tribut de chair fraîche. Qui se cache sous le masque d'un dieu barbare pour commettre ses crimes en toute impunité ? Quelles manigances se trament dans le secret des oubliettes ? Dans la lignée de La Captive de l'hiver ou de L'Armure de vengeance, ce thriller médiéval entraîne le lecteur dans un tourbillon de mystère, de superstitions et de passions obscures. (Amazon.fr)

Je n’avais encore jamais lu de roman de Serge Brussolo. Mais j’en ai entendu beaucoup de bien. Aussi, lorsqu’à l’occasion du swap Frissons organisé par Canel, j’ai reçu, de la part de Lasardine ce roman, j’en ai été ravie ! Et encore, je ne l’avais pas encore ouvert…

Après une rapide « mise au point » de l’auteur sur l’histoire et mythologie nordique, le roman commence par un très court chapitre qui met tout de suite dans l’ambiance de l’histoire. On y rappelle ce qu’était le Ragnarok pour les vikings. Le crépuscule des dieux…
Puis on entre dans le vif du sujet. L’histoire de cette jeune fille, Inga, enlevée par ces hommes du Nord et vendu à la princesse noire, sur une île lointaine et perdue dans la brume. Commence alors un long calvaire pour Inga. D’abord appelé à fuir à travers la forêt, un enfant « récupéré » dans les bras, puis chargée de s’occuper d’enfants difforment, sales et rendus méchants par un enfermement forcé, la pauvre jeune fille n’est pas au bout de ses surprises.
Au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire, les certitudes que l’on peut avoir sur le rôle de chaque protagoniste s’effacent pour donner place au doute. Pourquoi la princesse noire recueille les enfants ? Quels sont ces bruits étranges venant des entrailles du château ? Pourquoi les villageois sont-ils tellement hostiles ? Et qu’est-ce donc que ce dragon mystérieux qui plane sur la lande ? Tant de question dont les réponses seront distillées au fur et à mesure de l’histoire, jusqu’à l’ultime dénouement.

J’ai beaucoup aimé ce roman. D’abord, l’histoire et prenante et bien menée. On s’attache à Inga, et la princesse noire, tantôt forte, tantôt faible, ne laisse pas de marbre. Et j’ai particulièrement apprécié l’aspect historique. J’aime l’histoire des vikings. Je l’ai étudié un an à la fac, avec un grand plaisir. Et c’est avec plaisir également que j’ai retrouvé dans ce livre ces éléments qui en font un  peuple « particulier », un peuple de la mer aux coutumes dures, aux mœurs parfois violentes, mais au grand sens de l’honneur.

Un excellent moment donc, que la lecture de ce roman. Quand je lis ici ou là que ce n’est pas le meilleur de Brussolo, j’ai hâte de découvrir les autres !

Merci encore à Lasardine pour ce très bon choix. J’ai hâte de lire les deux autres livres !

 

 

Ah, j’oubliais… Serge Brussolo rappelle plusieurs fois dans l’ouvrage que les vikings naviguaient sur des knorrs ou des landships, mais PAS sur des drakkars…Cela aurait été fort inconfortable, le drakkar est la figure de proue des navires… Et bien, c’est bête, mais j’aime lire ce détail, que j’essaie de faire comprendre à mes élèves depuis quelques années… On s’accroche à des riens, parfois, ça en devient des obsessions …