Synopsis : Les autorités viennent de perdre le contact avec les occupants de l'immeuble mis en quarantaine. Personne ne sait vraiment ce qui se passe à l'intérieur. Dehors, le chaos règne...La brigade d'intervention spéciale, équipée de plusieurs caméras et envoyée sur place pour analyser la situation, va devoir affronter une menace bien réelle...(Allociné)

Trembler, braves gens, sur ce film vu samedi soir.... Nous avions vu REC il y a un moment, et avions bien aimé. L'histoire était bien menée, et l'angoisse montait graduellement, comme j'aime dans ce genre de film.

Avec ce deuxième opus, on est tout de suite dans le bain. Tout d'abord, parce que cette suite se présente comme un second chapitre à l'histoire, une deuxième partie logique, pas télégraphiée, pas capillo-tractée comme souvent dans le cas des suites. Les lieux sont strictement les mêmes, l'action reprend sous un autre angle, à peu près à la fin du premier film, toutes les "traces" de ce premier volet sont là. Très vite, les scènes stressantes arrivent, et c'est parti pour 1h25 d'angoisse (et un peu de gore aussi).

Le principe de caméra sur épaule (enfin sur casques ici...) peu dérouter, déranger, donner envie de vomir... Moi, je l'ai trouvé intéressant dans la construction de l'intrigue. Comme les coupures noires, pas vraiment des fondus, mais franchement des cut. La caméra est d'ailleurs le fil conducteur de ce film. Lorsqu'une d'elle tombe en panne ou est détruite, on change de groupe de personnages, pour retrouver ce moyen de témoigner, et de communiquer. La chute est assez prévisible quand on y pense à posteriori, mais quand on est pris dans le film, on la voit beaucoup moins venir...

Un bon moment d'horreur comme les espagnols savent de plus en plus les faire (la cinéma français est vraiment à la traine de ce côté !). Mais à ne pas mettre devant tous les yeux !!!